lu 2018 12_tanguy viel_article 353 du code penal

L'histoire : on entre dans le livre directement dans le vif du sujet : sur un bateau, Martial Kermeur balance par-dessus bord Antoine Lazenec, et le laisse là, à la mer, appelant à l'aide et criant son nom, il lui tourne le dos et part, les gaz du moteur à fond. On retrouvera le lendemain le corps de Lazenec, rejeté sur la plage par les flots. Kermeur est arrêté, puis emmené devant le juge, à qui il raconte clairement et précisément comment il en est arrivé là. Le roman est ce récit au juge. 

 

Mon avis : un livre sympathique à lire, même si ça pique parfois un peu en mode grrr sur le fond. Quand la vie ordinaire, déjà un peu tragique, tourne au drame, et pousse à "commettre l'irréparable" comme on dit, parce qu'il n'y a plus vraiment d'autre issue pour rétablir une certaine justice, un équilibre des forces, une possibilité de continuer dans un monde plus clair. Et on comprend ce meurtrier, ce pauvre qui habite une presqu'île sinistrée, on se demande s'il n'a pas eu raison, quelque part, et on se surprend à se dire que jamais on n'aurait dû avoir à penser ça dans un monde juste... Un bon roman, à l'écriture sur le souffle, tendue et fluide, qui se déroule inlassablement comme si rien ne pouvait la freiner, un vrai ruban de parole, un peu fatigante parfois, tour à tour passionnante et ennuyeuse, larmoyante et fière, comme un vrai récit de quelqu'un qui est passé de l'ordinaire à l'extraordinaire, quasi contre son gré mais de plein choix, comme dans une impasse, et qui a besoin d'en revoir le fil. Intéressant. Et, si on a envie de le voir sous cet angle, une bonne base de réflexion sur les notions de justice, de bien et de mal dans nos sociétés dévoyées. 

 

***

Article 353 du code pénal, Tanguy Viel, 2017, 176 pages,

Grand Prix RTL-Lire 2017