lu 2019 12_christelle dabos_la passe-miroir_les fiances de l hiver

L'histoire : dans l'arche d'Anima, la jeune Ophélie s'occupe des livres, et elle est heureuse là, car, soyons honnêtes, les humains ne l'intéressent pas. A part ça, elle est "liseuse", c'est-à-dire qu'elle peut lire leur passé et celui de ses propriétaires successifs en touchant les objets. Elle peut aussi passer d'un miroir à l'autre... Sur le plan familial, comme elle a déjà refusé 2 mariages arrangés avec des cousins d'Anima, sa famille vient de la fiancer avec un habitant du Pôle, elle va devoir y partir et tout laisser derrière elle. Les habitants du Pôle ont une réputation épouvantable, de brusquerie voire sauvagerie, etc. Comment cela se passe-t-il ? Elle ne sait pas à quoi s'attendre, et dans le fond elle fait bien, car rien n'aurait pu lui laisser imaginer ce qu'il va arriver là-bas...

 

Mon avis : c'est peu dire que je ne suis pas fan du genre fantasy (ou fantastique). Pour autant, je me suis laissée emporter assez facilement dans cette histoire, où chacun a des pouvoirs, où le monde est organisé de manière particulière, mais où il y a un vrai univers, un vrai code de vie assez aisé à saisir. Et j'aime quand un auteur sait nous faire partager son monde, ce qu'il a créé, sait insuffler une ambiance, un rythme. Là, il  ya tout ça, et bien plus ! L'auteure est capable, en quelques mots, de nous camper un personnage. Et des personnages, il y en a, nombreux, et hauts en couleurs, à la psychologie très bien croquée ! Nombreux, mais sans jamais qu'on s'emmêle les pinceaux pour les distinguer, c'est dire si le roman est structuré ! En plus, la fin nous propose un cliffhanger redoutable ! Alors à vos lunettes, voilà un premier tome qui donne envie de se plonger dans la suite...

Vraiment un excellent roman, avec juste ce qu'il faut de monde parallèle, et d'autant plus remarquable qu'il s'agit apparemment du premier roman de l'auteure ! 

 

***

Elle savourait franchement la situation. L'attitude de cet homme était si outrageante que ça paraissait presque trop beau pour être vrai. 

 

Adossée contre le panneau de la porte, elle ne bougea pas, ne cilla pas, ne pleura pas, mais ça criait à l'intérieur d'elle. Les meubles de la chambre, sensible sà la colère de leur propriétaire, se mirrent à trembloter comme s'ils étaient parcourus de frissons nerveux.

 

On peut aimer d'un seul regard. D'ailleurs, on ne s'aime jamais si bien que quand on se connaît fort mal.

 

***

La Passe-Miroir, tome 1 : les fiancés de l'hiver, de Christelle Dabos, 2013, 608 pages

Grand Prix de l'imaginaire, roman jeunesse 2016