lu 2019 09_gregoire delacourt_mon pere

L'histoire : ce jour-là, Edouard entre dans une église, et y saccage tout ce qu'il peut. Un prêtre vient à lui...

 

Mon avis : un roman fort, puissant, sourdement violent. Un roman ? La question est pertinente. Inventé oui, mais tellement possible, crédible, dans toute son horreur, sa tension, son abjection, jusque dans son absurdité et sa désespérance. Il faut dire que s'attaquer à un sujet aussi casse-gueule que la pédophilie écclésiastique, il faut oser. Et Grégoire Delacourt relève le défi avec panache, brio, maestria (oui rien que ça !). Il y a tout : la colère, la peur, les doutes, le besoin de vengeance, la conscience humaine, l'esprit qui divague et qui est bien là, toutes ces émotions contradictoires, ravageuses. Et puis le comportement catholique, tellement caricatural et juste, tellement à la fois dans la volonté d'altruisme et à côté de la plaque. Le tout dans un style parfait, essoufflé parfois, tendu, court, plus ample à d'autres moments, découpé en jours, en heures, plus ou moins étouffants, angoissants, avec des mots qui percutent juste là où il faut, sans en faire trop ni tomber dans le pathos ou le voyeurisme. 

Bref : un livre que j'ai adoré. Dur, souvent à la limite de l'insoutenable (sans jamais franchir la limite), humain, magnifique !

Magistral ! Exceptionnel !

 

***

Je souris intérieurement en me remémorant avoir appris au catéchisme qu'il y avait une soixantaine de repas évoqués dans l'Evangile, tandis -ça, je l'avais découvert bien plus tard- qu'on faisait l'amour plus de huit cents fois dans l'Ancien Testament, l'arrivée du Fils de Dieu sonnant apparemment la fin de la récré, la fin des plaisirs de la chair au profit de ceux de la chère ; ne donnera-t-il d'ailleurs pas son corps à manger plutôt qu'à aimer ?

 

 

Bref, tout était prétexte à débusquer les péchés afin de les pardonner.

Car tout est là, dans cette escroquerie, dans cette mystification. Le pardon permet l'infamie. Le pardon autorise toutes les abominations.

Il est la semence du mal.

L'épine du monde.

"Je vous le dis en vérité, tous les péchés seront pardonnés aux fils des hommes, et les blasphèmes qu'ils auront proférés." (Marc 3:28)

***

Mon Père, Grégoire Delacourt, 2019, 256 pages