lu 2019 01_alain gillot_la meilleure chose qui puisse arriver a un homme c est de se perdre

 

L'histoire : Antoine, parisien de 42 ans, est consultant dans le cinéma, il "corrige" les scénarios quand il faut serrer les budgets. A côté de ça, il est passionné de tennis, qu'il pratique chaque fois qu'il le peut. Il est aussi en couple "sans conviction" avec Cécile, qui lui reproche son manque d'ambition. Lui, son objectif dans la vie, c'est la tranquillité, plus jeune il a fait plein de jobs tous plus trépidants les uns que les autres, et puis finalement il a réglé sa vie pour qu'elle soit peinard et confortable. Quand le roman commence, il part sur un tournage où on a besoin de ses services, il descend donc à Menton avec sa Jaguar. Il fait le job. Et là, les choses ne vont pas tout à fait se passer comme prévu, car il a ainsi supprimé le rôle d'une jeune comédienne qui n'est pas contente du tout...

 

Mon avis : avec une plume très agréable, au rythme vif sans être stressant ou excité, Alain Gillot nous emmène dans un roman à la fois convenu et fantaisiste. Convenu, parce que sur le fond, rien de neuf sous le soleil, c'est une romance et basta. Mais fantaisiste aussi parce que l'intérêt du roman n'est pas là, mais vraiment dans cette façon d'aborder les gens avec humanité, et d'aimer leur marge et leurs travers parfois sévères pourtant. Du coup il nous brosse une galerie de portraits sympathiques, avec tendresse, au milieu de laquelle notre héros se laisse porter. Et clairement, on a très envie de se laisser porter avec lui, et, comme lui, de nous "perdre" dans ce road book frenchie. Car il sort des clous de sa vie, il ose, il dit oui à s'en surprendre lui-même, et ce qui en résulte vaut le détour, du concentré d'aventures ! J'ai beaucoup souri, je m'y suis parfois reconnue, je me suis interrogée, j'ai pas mal ri aussi. En bref : sans que ça soit super exceptionnel, j'ai passé un très bon moment avec cette lecture. 

 

***

Un seul extrait, je n'ai pas pensé à en relever plus...

 

- Je comprends, a-t-elle dit finalement.

"Je comprends", quelle horrible réponse. J'ai senti un poignard entrer en moi lentement et atteindre le coeur. "Je comprends." J'étais prêt à résister à des armées entières, sûr de mon bon sens, de mes arguments. J'étais déterminé à ne pas céder un pouce de terrain. "Je comprends." J'avais en réserve tous mes raisonnements, mes mots en formation de combat, mes fantassins, mes canons, j'étais résolu à affronter sa fureur, voire son mépris ou son rire, même sa cruauté, tout ce qu'elle voulait. Je résisterais. Mais je n'avais pas prévu sa compréhension.

 

***

La meilleure chose qui puisse arriver à un homme c'est de se perdre, Alain Gillot, 2017, 320 pages