lu 2018 08_octave mirbeau_la mort de balzac

L'histoire : les denriers instants de Balzac, pour ce qu'en sait Mirbeau via Jean Gigoux, avec un petit rappel du caractère de Balzac, et de l'histoire qui le lia à Mme Hanska.

 

Mon avis : je me suis régalée ! Une ambiance de commérage terriblement bien écrite, avec tout ce qu'il faut pour ce genre : du pas net, du franchement gerbant, de la flatterie, de l'hypocrisie, du dévouement, de l'irrévérence, de la pseudo-décharge de responsabilité, le tout dans un style parfait : élégant, vivant. Dans certaines scènes, comme les vraiment tous derniers instants, ou la scène du retour de Russie après leur mariage, on s'y croirait, on a tout : les images, le son, l'ambiance, presque les parfums ! Vraiment une jolie découverte pour moi, je n'avais jamais rien lu de Mirbeau, et je me suis énormément amusée à la lecture de ce petit récit à la fois plein de truculence, de délicatesse, et totalement trash. Aucunement étonnée qu'il ait fait scandale à sa parution ! lol ! En revanche, aucune idée du degré de crédibilité des évènements décrits, et honnêtement, ça m'est égal.

 

***

Feuilletons...

 

extrait balzac 009

extrait balzac 022

extrait balzac 041

 

 

***

La mort de Balzac, Octave Mirbeau, 1907,

édition de 2012, 90 pages