lu 2018 02_sylvie germain_hors champ

L'histoire : Aurélien, qui mène une vie ordinaire, avec emploi de bureau, petite amie, etc., devient progressivement flou, de plus en plus flou...

 

Mon avis : inquiétant, surprenant. Aurélien disparaît progressivement, et rapidement (sur à peine une semaine), sans rien pouvoir y faire. On est dans le fantastique et l'ordinaire à la fois, et on n'a aucune explication, rien qui permette de comprendre, il s'efface juste, son apparence perd consistance, contre son gré. A côté de lui, le monde est normal, continue sa route... J'apprécie beaucoup le contre-pied qu'a pris Sylvie Germain en choisissant un homme avec une vie très socio-normée. Notre société ayant toujours tandance à chercher un coupable, n'a pas de prise ici : Aurélien travaille, déjeune avec ses collègues, il habite en ville, a une compagne, une mère, il est bien intégré, satisfait de sa vie, en marge sur rien. Et aucun déclencheur ne semble évident, tout était normal, jusqu'à ce que sa visibilité, et elle seule, ne le soit plus. J'aime aussi le choix de ne pas le faire disparaître complètement en une fois soudaine, mais progressivement, dans l'indifférence générale. Avec tout ça, le relief que prend sa disparition est décuplé, et d'autant plus inexplicable. Pourquoi ? Depuis quand ? Est-il le seul ? Que faire ? Pourquoi les autres ne perçoivent pas le problème ? Aucune question n'a de réponse, on est dans la narration pure, de quelque chose de totalement incompréhensible. Déroutant. Le tout sous la plume à la fois fluide et précise de Sylvie Germain. A chacune et chacun d'y voir - ou pas - une fable sur l'indifférence du monde moderne, sur ce qui fait nos liens, etc.

 

***

Feuilletons quelques extraits au hasard...

extrait hors champ 011

extrait hors champ 025

extrait hors champ 041

 

***

Hors champ, Sylvie Germain, 2009, 197 pages