... je trouve sain ce mouvement de dénonciation anonyme, qui dénonce surtout une société, un état d'esprit. Alors ma pierre.

 

- vers 12-13 ans, voyage en Allemagne, la famille qui devait m'accueillir s'est désistée, je suis logée dans un bistrot plus ou moins hôtelier. Le patron est un vieux (40 ? 50 ? 60 ? je ne saurais dire, à l'époque je le trouve juste "vieux"). Chaque fois que je suis dans la même pièce que lui, il cherche à me coincer, il me met la main aux fesses, etc., ça fait marrer les clients. 15 jours de séjour terrorisée, pétrifiée de peur qu'il entre dans ma chambre (dont je bloque la porte tous les soirs).
 
- 14 ans, en voyage hivernal semi-scolaire, en auberge de jeunesse. J'ai toujours détesté les colos et autres voyages de groupe, pour plein de raisons (entre autre y'a toujours un connard pour mettre la main sur la chaise où tu t'apprêtes à t'asseoir), mais là je suis contente, je suis avec des potes, c'est cool. Un soir, quelques un de ces "potes" me coincent sur un lit, commencent à me désaper pendant que 2 me maintiennent, en jouant à me faire peur verbalement, menaces etc. Il y a du monde dans la chambrée, personne ne bouge. Finalement, ils me laissent partir. Au passage, c'est allé assez loin pour que toute la chambrée présente sache que je suis en période menstruelle. J'ai découvert ce que c'est d'être impuissante, entravée physiquement, à la merci de la violence d'autrui. Avec le recul je pense que ma panique leur a fait peur, je me débattais, m'agitais. Aurais-je été pétrifiée, seraient-ils allés plus loin ?
Je file au restaurant de l'auberge où je raconte en quelques mots. J'ai oublié la réponse exacte et qui l'a donnée, je n'ai pas oublié la morsure de l'humiliation et de la vexation qu'a provoquée cette réponse.
Bien des années plus tard, il y a une quinzaine d'années, au détour d'une discussion avec une amie, où pourtant je n'ai rien raconté (c'est la toute première fois que je le fais ici, 32 ans plus tard...), je me rendrai compte que cette scène n'était pas anodine bien que banale, malheureusement.
 
- 19 ou 20 ans, je travaille dans le théâtre, j'ai longtemps voulu être comédienne, je le suis. Dans les coulisses, un jeune acteur en passe de devenir un peu connu met la main sur ma poitrine pigeonnante enserrée dans une robe XVIIIème, dit quelque chose que j'ai oublié. Je suis pétrifiée. Et là il m'engueule parce que je ne l'ai pas remercié de son compliment...
Ca aurait été le seul incident de ce style à l'époque, j'aurais peut-être continué ce métier, mais décidément ce milieu était à vomir, je l'ai assez vite quitté, sans regret.
 
Juste 3 anecdotes. Trois parmi d'autres, qui seraient bien trop longues à raconter. Juste parce que dans notre société, c'est ça, "être une femme". Et que ça suffit ! Je ne veux pas de ce monde-là pour mes filles !
 
#balancetonporc #metoo #moiaussi #harcèlementsexuel