rattrapage de retard de publication d'avis sur des livres 3/5

Kathryn Stockett_la couleur des sentiments_lu 2017 05

L'histoire : à Jackson, dans le sud des Etats-Unis, début des années 60. La ségrégation est la norme sociale, les femmes noires s'occupent des enfants et des maisons des blanches... Mais quelque chose est en train de changer dans certains esprits... Nous allons suivre l'histoire de deux domestiques noires au service de blanches, et d'une jeune femme blanche, chaque fois par leur voix à elles.

 

Mon avis : on se laisse très vite emporter par les personnages, pourtant assez nombreux. Un roman à la fois familier, proximal, et qui pourtant décrit un monde semblant tellement d'un autre temps ! Mais c'était hier ! Beaucoup de moments très émouvants dans cette lecture, beaucoup de moment révoltants aussi, quelques rires bienvenus, et de l'admiration pour les femmes (les hommes aussi, mais dans ce livre on parle des femmes, et ça fait du bien aussi) qui, réellement, tous les jours, ont ouvert les esprits et fait avancer l'humanité à leurs risques et périls. Le fait d'aborder ce thème par le biais des domestiques noires, à la fois nurses, cuisinières, ménagères, oreilles quand il le faut, et par ailleurs aussi mamans, femmes, amies, etc., apporte une proximité et une humanité qui rendent le sujet encore plus sensible, vivant, brûlant. Et d'autant plus que les personnages du livre sont tous nuancés, aucun n'est tout méchant ou tout gentil, on a de vrais personnages consistants, crédibles jusqu'à se demander parfois s'ils sont vraiment fictifs, auxquels on s'attache, à qui on a envie de répondre. 

L'écriture est vive, fluide, sans longueurs, le roman très structuré, l'ensemble est d'une efficacité radoutable sans pour autant tomber dans la facilité ou le pathos. Un très très très bon moment de lecture, on ne voit pas passer les pages tant on veut connaître la suite ! J'ai vraiment beaucoup aimé !

 

***

(peu d'extraits, je me suis laissée emporter par l'histoire sans m'arrêter... donc juste deux petits passages, pour le plaisir de leur formulation)

 

p.35 : Je pose mon fer sans me presser et je sens cette mauvaise graine qui grossit dans ma gorge, celle qui s'est plantée après la mort de Treelore. J'ai chaud aux joues, et la langue qui me démange. Je ne sais pas quoi lui dire. Tout ce que je sais, c'est que je le dirai pas. et je sais qu'elle dira pas ce qu'elle a envie de dire elle non plus, et c'est vraiment bizarre ce qui se passe ici parce que personne parle et on arrive quand même à avoir une conversation.

 

p.400 : J'ai déjà servi chez des Blanches qui sortaient de la chambre avec rien sur elles que leur personnalité, mais pas Miss Leefolt.

 

***

La couleur des sentiments, Kathryn Stockett, traduit de l'anglais US par Pierre Girard, 2010,

468 pages en version numérique, 624 pages en édition de poche